Passer au contenu principal
A A A

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Refermer

Un sondage en ligne est en cours

La Commission réalise un sondage auprès du public à compter du 24 janvier 2023. Cette enquête officielle réalisée par la firme de recherche marketing SOM vise à mesurer la qualité de certains de nos services. Si vous avez utilisé nos services, vous pourriez recevoir un lien électronique pour compléter un sondage en ligne.

Racisme systémique

Concernée depuis sa création par les enjeux de discrimination systémique et de racisme, la Commission a entrepris en 2020 une démarche entourant la notion de racisme systémique, un phénomène qui affecte les personnes autochtones et les personnes racisées, dont les personnes des communautés noires.

2022  |  Allocution sur le racisme systémique devant le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) de l’ONU

Myrlande Pierre, vice-présidente de la Commission a présenté au CERD la démarche de la Commission pour mieux cerner le concept de racisme systémique en faisant ressortir ses principales dimensions et impacts sur les droits des minorités dans différents domaines: sécurité publique, travail, santé.


2021  |  Publication et déclaration de la Commission sur la notion de racisme systémique

Dans sa déclaration publiée par Le Devoir, la Commission affirme clairement que le racisme systémique existe au Québec et réitère que pour combattre un phénomène de nature systémique, il faut proposer des solutions systémiques et structurelles.

Afin de contribuer à la réflexion et à la discussion publique entourant cette notion, la Commission a également publié un document proposant des éléments de définition associés au racisme systémique visant les personnes racisées, dont les personnes des communautés noires, ainsi que les personnes autochtones et les personnes immigrantes racisées.

Cette démarche de réflexion sur la notion de racisme systémique est arrimée au cadre de la Charte québécoise et fondée sur l’expertise développée au fil des ans par la Commission. Elle s’inscrit dans la suite de différents travaux qu’elle a effectués au fil des décennies sur la discrimination raciale et le racisme. Par exemple :

  • l'Enquête sur les allégations de discrimination dans l’industrie du taxi à Montréal (en 1984) ;
  • l'Enquête par testing sur la discrimination et le racisme subis par les minorités racisées dans le secteur du logement (en 1988) ;
  • le Rapport de la consultation sur le profilage racial et ses conséquences sur les jeunes racisés (en 2011) ;
  • l'Enquête par testing sur la discrimination à l’embauche subie par les membres des minorités racisées (en 2012) ;
  • la Recherche portant sur la progression en emploi des minorités visibles dans le secteur privé du Grand Montréal (2018).


2021  |  La Commission reconnaît et dénonce le racisme et la discrimination systémiques dont sont victimes les personnes autochtones dans leurs relations avec les institutions

Suite aux récits troublants rapportés dans la presse de concitoyens et concitoyennes autochtones qui ont eu le courage de rapporter leurs expériences traumatiques dans le système de santé du Québec, la Commission appelle le gouvernement du Québec à faire montre de leadership et à agir afin d’entreprendre une réelle et authentique démarche de réconciliation avec les nations autochtones en répondant notamment aux appels à l’action de la Commission Viens.


2020  |  La Commission dévoile son bilan de la mise en œuvre des recommandations formulées dans son Rapport de consultation sur le profilage racial de 2011

Constatant que la majorité des recommandations qu’elle a émises en 2011 pour lutter contre le profilage racial et la discrimination systémique n’ont pas été mises en œuvre ou ne l’ont été qu’en partie, elle appelle de nouveau le gouvernement à adopter une politique québécoise de lutte contre le racisme et la discrimination systémiques qui comprenne notamment un plan d’action pour prévenir et enrayer le profilage racial.


2020  |  La Commission recommande à la police d’assurer des normes et pratiques respectueuses des droits et libertés

Dans un mémoire présenté au Comité consultatif sur la réalité policière, la Commission  a émis une série de recommandations en vue d’assurer des normes et pratiques policières respectueuses des droits et libertés, entre autres quant à la lutte contre le racisme et la discrimination systémiques et les profilages discriminatoires, au recours aux technologies de l’information, à l’embauche, la promotion et la formation, aux mécanismes de reddition de compte tels que la collecte de données ainsi qu’à la façon dont sont menées les enquêtes sur le travail policier.


2019  |  La Commission présente un mémoire à l’Office de consultation publique de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur le racisme et la discrimination systémiques

La Commission renouvelle ses préoccupations en ce qui concerne le manque de cohérence entre les discours publics de la Ville et les mesures qu’elle met effectivement en œuvre pour lutter contre le racisme et la discrimination systémiques. Elle recommande notamment à la Ville d’élaborer une politique de lutte contre ces phénomènes qui tienne compte des réalités particulières que vivent les personnes autochtones, les personnes racisées et les personnes immigrantes.


2019  |  La Commission publie les résultats d'une étude sur les actes haineux

Son étude terrain sur les actes haineux xénophobes, notamment islamophobes, permet de mieux documenter le phénomène et l’importance des conséquences de ces actes sur le plan humain et social. La Commission y réitéré notamment l’ensemble de ses recommandations liées au profilage racial dans son rapport sur la discrimination systémique des jeunes racisés.


2019  |  La Commission s'engage à poursuivre son travail pour lutter contre la discrimination systémique des enfants autochtones suite au dépôt de la Commission Viens

À la suite du dépôt du rapport de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics : écoute, réconciliation et progrès (CERP), qui reconnait l’existence de la discrimination systémique envers les Premières Nations et les Inuit dans les services publics, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) s’engage à poursuivre son travail de coopération et d’éducation et à contribuer à l’amélioration des services de protection de la jeunesse pour les enfants autochtones.