A A A

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Recherche rapide

    Prix Droits et Libertés

    Depuis 1988, le Prix Droits et Libertés (PDL) est décerné annuellement par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse à des personnes, des organismes ou des institutions, afin de souligner leur engagement et leur contribution exemplaire en matière de défense des droits et libertés de la personne au Québec.

    Édition 2020 : Accès. Égalité. Emploi.

    Cette année, la Commission souligne le rôle des employeurs dans la lutte contre les inégalités. À l’occasion du 20e anniversaire de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi (LAÉE), le #PDL2020 rendra hommage à des organismes et à des entreprises (des secteurs public et privé) qui mettent en œuvre des initiatives innovantes en emploi pour réduire la discrimination systémique et favoriser des milieux de travail inclusifs et représentatifs de la société.
    En savoir plus sur le thème de cette édition (communiqué)
    En savoir plus sur l'accès à l'égalité en emploi

    Les initiatives lauréates seront dévoilées lors d’un événement en ligne en mars 2021. 

    Trois prix seront décernés

    •    PDL pour l’initiative d’un organisme assujetti à la LAÉE

    •    PDL pour l’initiative de tout autre organisme ou entreprise (à l'exception d'organismes ou d'entreprises de juridiction fédérale)

    •    Prix Coup de cœur du public

    • Initiatives recherchées

      La Commission reconnaîtra des organismes ou entreprises actives au Québec ayant mis en place des initiatives innovantes qui : 

      • permettent un meilleur accès à l’égalité en emploi 
      • s’inscrivent dans une démarche cohérente témoignant d’une vision à long terme et d’un engagement tangible pour l’égalité réelle en emploi
      • touchent les membres de l’un ou plusieurs des cinq groupes historiquement discriminés en emploi, à savoir : 
        • les personnes autochtones
        • les personnes vivant avec un handicap
        • les minorités visibles
        • les minorités ethniques
        • les femmes

      Exemples d’initiatives

      • Une politique interne d’accès à l’égalité en emploi
      • La diversification de moyens de recrutement et d’affichage des postes à combler
      • Un événement ciblant les cinq groupes visés (par exemple : Journées Portes Ouvertes, foire de l’emploi, etc.)
      • Une campagne de promotion pour attirer des candidatures des cinq groupes visés
      • Le développement d’une culture organisationnelle qui positionne la diversité et l’inclusion comme leviers pour les piliers de l’organisation
      • La mesure en continu les impacts des mesures de diversité sur l’évolution des taux de représentativité et la culture organisationnelle
      • L’évaluation de scénarios pour le réaménagement des locaux (par exemple : toilettes universelles non genrées)
      • Introduction d’une activité sociale, présentations (semaine interculturelle)
      • La sensibilisation et la formation des gestionnaires et des professionnels des ressources humaines  (par exemple, sur les biais inconscients)
      • L’amélioration des outils de dotation de postes
      • La mise en œuvre de mesures permettant de modifier certaines pratiques des ressources humaines

    • Soumettre une candidature

      1. Assurer vous que la candidature que vous proposez réponde aux critères d’admissibilité
      2. Préparer le dossier de votre candidature en remplissant le formulaire de mise en candidature 
      3. Faites-nous parvenir votre dossier de candidature avant la date limite du 7 décembre 2021, à 17h


      Critères d’admissibilité 

      Votre dossier de candidature doit proposer une initiative qui a eu lieu au Québec au cours des 10 dernières années

      Notez que :

      • Une seule candidature par organisme ou entreprise sera retenue.
      • Une même personne, organisme ou entreprise ne peut pas soumettre plusieurs candidatures à la fois.
      • Un organisme ou une entreprise peut proposer sa propre candidature ou celle d’un autre organisme ou entreprise.
      • Le PDL ne peut être décerné à un organisme ou à une entreprise qui n’est plus actif. 

      Formulaire de mise en candidature

    • Membres du jury

      Marco Bacon.

      Marco Bacon

      Marco Bacon, membre de la Nation des Pekuakamiulniuatsh, détient un baccalauréat en enseignement des arts et une maitrise en arts (volet transmission) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il a notamment travaillé pendant plusieurs années dans le domaine de l’éducation pour le Conseil des Montagnais du Lac-Saint-Jean. De septembre 2009 à juin 2019, il a occupé la fonction de directeur du Centre des Premières Nations Nikanite (CPNN) de l’UQAC au sein duquel il avait comme principale responsabilité d’assurer le lien entre les communautés des Premières Nations et l’université dans les domaines reliés à l’enseignement et à la recherche. Il agit maintenant à titre de consultant en éducation des Premières Nations. Monsieur Bacon est activement impliqué dans de nombreuses actions visant une éducation de qualité pour les membres des Premières Nations ainsi que l’atteinte d’un mieux-être et d’une santé globale pour ces derniers, dans une visée d’autodétermination. 


      Sylvain Le May.

      Sylvain Le May

      Sylvain Le May a consacré la plus grande partie de sa vie pour défendre les droits des personnes ayant un handicap dans le but d’améliorer leur quotidien au travail et dans les communautés. Responsable du Service d’accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap à l’UQAM, il a été Président de l’Association québécoise interuniversitaire des conseillers aux étudiants en situation de handicap de 2008 à 2016, et a siégé au conseil d’administration du Réseau international du processus de production du handicap (RIPPH) de 2011 à 2017. Il est actuellement co-président du Comité national des personnes ayant un handicap et membre du Comité d’intégration au travail des personnes vivant avec un handicap de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Il est également très impliqué au sein du Réseau interuniversitaire québécois pour l'équité, la diversité et l'inclusion (RIQEDI). Depuis 2017, il siège à titre de commissaire à la CDPDJ. En 2014, il reçoit le premier prix du concours "Mon parcours! Ma carrière!" organisé par le Comité d'adaptation à la main-d'œuvre pour personnes handicapées (CAMO).


      Judith Lussier.

      Judith Lussier

      La journaliste Judith Lussier est titulaire d’un baccalauréat en communication et science politique. On a pu l'entendre sur diverses tribunes (Urbania, Métro, Radio-Canada) et la voir notamment dans la websérie Les Brutes à Télé-Québec qui a reçu 2 Prix Gémeaux en 2018. Dans cette série qu’elle a co-écrit, elle s’attaque aux stéréotypes et idées reçues et réussit à vulgariser plusieurs concepts telle que l’équité, l’iniquité salariale ou encore nous parler de l’histoire des Premières Nations. Les différents essais qu’on lui doit (L’aide à la procréation au Québec; Au-delà des limites : l’histoire des sports en fauteuil roulant; On peut plus rien dire : le militantisme à l’ère des réseaux sociaux) témoignent de l’intérêt qu'elle porte à divers enjeux sociaux.


      Myrlande Pierre.

      Myrlande Pierre

      Myrlande Pierre est vice-présidente de la CDPDJ, responsable du mandat Charte (Protection des droits et libertés) et du mandat Accès à l’égalité en emploi. Sociologue de formation, Pierre est une experte reconnue à l’échelle nationale et internationale dans le domaine de l'immigration et de l’intégration socioéconomique et, plus particulièrement, de l'intégration socioéconomique des minorités racisées. Les questions de racisme et de discrimination systémiques, les enjeux touchant les femmes des minorités ethnoculturelles et racisées constituent la pierre angulaire de ses travaux. Myrlande Pierre a occupé divers postes d’analyste principale, de conseillère stratégique en politiques publiques et de gestion au cours de sa carrière, notamment au ministère Citoyenneté et Immigration Canada et au ministère du Patrimoine canadien et a également travaillé au Conseil des relations interculturelles du Gouvernement du Québec. Sa carrière est également marquée par son engagement social. Elle a obtenu plusieurs prix pour son implication à l'avancement des droits des femmes et des minorités racisées, ainsi que la Médaille de l’Assemblée nationale en 2018.


      Tania Saba.

      Tania Saba

      Tania Saba est fondatrice et titulaire de la Chaire BMO en diversité et gouvernance et professeure titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal. Ses expertises couvrent les domaines de la gestion de la diversité, du vieillissement de la main-d'œuvre, des différences de valeurs intergénérationnelles, des transformations de l’organisation du travail et des compétences futures. Ses publications ont été primées à de nombreuses reprises. Elle collabore à d'importants projets de recherche avec des organismes publics et privés sur les questions d'intégration à l'emploi et d'adaptation des groupes sous-représentés. Tania Saba dirige le pôle du Québec et des communautés francophones du Canada dans le cadre du projet du Portail de connaissances sur les femmes en entrepreneuriat mené par le Diversity Institute de Ryerson Univesrity (WEKH). Elle est membre du CRIMT (Centre interuniversitaire sur la mondialisation et le travail), du CERIUM (Centre d'études internationales de Montréal) et de l’OBVIA (Observatoire international sur les impacts sociaux de l'IA et des technologies numériques).

    • Foire aux questions

      Quels sont les organismes et entreprises admissibles au Prix cette année?

      Catégorie 1 : les 330 organismes publics assujettis à la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics (LAÉE). Ce sont les organismes publics des secteurs suivants qui comptent 100 employés et plus: le secteur municipal (villes); le réseau de l’éducation (commissions scolaires, cégeps, universités, etc.); le réseau de la santé et des services sociaux (hôpitaux, CLSC, etc.); les sociétés d’État (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ, etc.); les Régies intermunicipales de police; la Sûreté du Québec pour ses effectifs policiers. Afin de marquer le 20 anniversaire de la LAÉE, une des 2 catégories du Prix Droits et Libertés vise spécifiquement ces 330 organismes.

      Catégorie 2 : tout autre organisme (dont les organismes à but non lucratif) ou entreprise à l'exception de ceux de juridiction fédérale (Administration d'un Conseil de bande indienne; Banques; Communications: radiodiffusion, télédiffusion, câblodistribution, services Internet, services téléphoniques; Élévateurs à grains, meuneries et minoteries; Ministères et organismes fédéraux; Service postal; Transport aérien et aéronautique; Transport ferroviaire interprovincial ou international; Transport par eau interprovincial ou international; Transport par pipeline s’étendant au-delà des limites de la province; Transport par route interprovincial ou international).

      Est-ce qu’une entreprise ou un organisme qui a mis en place une initiative qui favorise l’accès à l’égalité en emploi des personnes trans ou des personnes LGBTQ+ peut déposer sa candidature?

      Oui, une initiative qui vise les personnes de minorités sexuelles et de genre peut être admissible, à condition que l’initiative vise également l’un ou plusieurs des 5 groupes historiquement discriminés en emploi, à savoir : les femmes, les minorités ethniques, les minorités visibles, les personnes autochtones, les personnes handicapées.

      Qu’est-ce que les groupes visés ou cibles en matière d’accès à l’égalité en emploi?

      Il s’agit des groupes historiquement discriminés et exclus du marché du travail. La Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics vise spécifiquement les 5 groupes suivants: les femmes, les minorités ethniques, les minorités visibles, les personnes autochtones, les personnes handicapées. 

      Qu’est-ce qu’on veut dire par minorités visibles et minorités ethniques?

      Minorités visibles : les personnes qui ne sont pas de « race » ou de couleur de peau blanche et qui ne sont pas des personnes autochtones. À titre d’exemples : personnes de descendance ou originaires d’Afrique, d’Haïti, de la Chine, des pays arabes, de l’Amérique latine, etc.

      Minorités ethniques : Les membres des minorités ethniques sont des personnes, autres que les personnes autochtones et les personnes d'une minorité visible, dont la langue maternelle n'est ni le français ni l'anglais. À titre d’exemples : personnes de descendance ou originaires d’Allemagne, de Grèce, d’Italie, de Hongrie, de Russie, etc.

      Qu’est-ce que la discrimination en emploi?

      C’est le fait d’exclure une personne du marché de l’emploi, en se basant sur ses caractéristiques personnelles : c’est ce qu’on appelle les 14 motifs interdits de discrimination (âge, religion, origine ethnique, « race » ou couleur de peau, handicap, sexe, etc.). Cette exclusion peut affecter plusieurs aspects de l’emploi : le processus d’embauche et de préembauche (formulaires, entrevues); les conditions de travail (traitement, salaire, période de probation), la formation professionnelle, la promotion ou la mutation; la mise à pied, la suspension ou le renvoi.

      Qu’est-ce que l’accès à l’égalité en emploi?

      C’est le fait d’offrir des chances égales aux personnes pour accéder au marché de l’emploi, dans toutes les catégories. Les programmes d’accès à l’égalité ne favorisent pas l’embauche d’une personne seulement à cause de son appartenance à l’un des groupes visés. Cette personne doit avoir des compétences équivalentes aux autres personnes candidates pour un même emploi.

    Personne contact

    Pour toute question concernant le Prix Droits et Libertés, contactez :

    Dalia Alachi
    514 475-4571
    prixdroitsetlibertes@cdpdj.qc.ca

    Lauréates et lauréats du PDL

    De nombreuses personnes, organismes, projets et initiatives ont été récompensés par le Prix Droits et Libertés depuis 1988 et ils sont tous plus inspirants les uns que les autres! Découvrez-les dans cette page qui leur est dédiée.

    Lauréates et lauréats du PDL