A A A

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Recherche rapide

    Journée mondiale de l'enfance

    Des enfants nous racontent les choses difficiles et les choses positives qu'ils et elles vivent pendant la pandémie de la COVID-19, à l'occasion de la #JournéeMondialedel'Enfance.

    Photo et citation de Samuel qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Samuel, 7 ans

    Dans la classe, la maîtresse porte tout le temps un masque. On peut pas trop faire des activités dans les endroits de jeux et il faut tout le temps désinfecter. Il faut se laver les mains, c’est important pour être en sécurité et que les gens ne soient pas malades.

    La COVID-19 est toujours là, c’est pour ça que toutes les classes sont des bulles et les autres classes ne peuvent pas entrer dans notre bulle. Ça me complique vraiment la vie parce que j’ai Jonas et d’autres de mes meilleurs amis qui sont dans d’autres classes et je ne peux pas les rejoindre dans leur zone. On peut se voir avec les parents ou à la garderie à la fin de la journée. J’aimais bien avant, quand on ne devait pas tout le temps être séparés dans des zones. On pouvait faire des activités avec plusieurs jeux qu’on peut faire avec d’autres enfants. 

    Au début, c’était différent, je croyais qu’on pourrait retourner rapidement à l’école, mais on a dû faire les cours en Zoom, et aussi des récréations en Zoom. Il y avait des enfants d’autres classes et on nous faisait des devinettes. On faisait aussi des évaluations en Zoom. Je n’aimais pas trop l’école en Zoom. On voit les autres à travers l’écran de l’ordinateur, mais on ne peut pas les voir en personne. J’ai eu mon anniversaire en Zoom. Des personnes de ma classe et des amis que j’ai on a fêté mon anniversaire en Zoom. J’ai soufflé les chandelles sur mon gâteau en Zoom. 

    La première chose que je vais faire quand la vie reviendra normale, c'est aller jouer avec mes meilleurs amis. Les gens sont malheureux par notre façon de fonctionner maintenant.


    Photo et citation d'Olivia qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Olivia, 10 ans

    Au début je trouvais ça amusant, parce qu’on pouvait jouer, mais après, vers le mois d’avril, j’ai trouvé ça un peu désagréable, parce que je ne pouvais pas jouer avec mes amis. Mais j’ai ma grande sœur et mon petit frère et aussi mes parents pour jouer. Et en avril, j’ai beaucoup cuisiné et dessiné. J’ai aussi fait un peu d’acrobatie avec ma sœur et mon frère. Ensuite, vers le 19 mai, on a commencé les réunions virtuelles. 

    Au début, je trouvais ça amusant, l’école en ligne, parce qu’on travaillait avec les ordinateurs. Mais après, j’ai commencé à avoir un peu mal aux yeux, et il y avait des applications que je ne savais pas comment utiliser et mes parents non plus. Souvent il y avait des bogues et la connexion ne fonctionnait pas bien. J’ai trouvé ça désagréable et un peu énervant. 

    Je n’ai pas peur d’attraper le virus car je prends des précautions pour renforcer mon système immunitaire, je bois du thé et je me lave les mains. 

    Le confinement me permet de voir ceux qui sont vraiment mes amis, qui sont ceux qui m’appellent vraiment. Il y a des amis qui ont coupé le contact avec moi à cause de la covid.


    Photo et citation d'Emma qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Emma, 8 ans

    Pendant la pandémie, je m’ennuyais de mes amies. Je m’ennuyais de ma mère vu qu’elle travaillait. Je n’avais pas beaucoup d’idées de jeux. Des fois, maman me préparait des paquets d’activités et ça m’aidait. Je m’ennuyais de l’école, car moi, j’aime beaucoup aller à l’école. 

    Pendant la pandémie, on a adopté un chat qui s’appelle Crunchy. Ça m’a fait du bien d’avoir un animal de compagnie et de jouer avec lui. 

    Maintenant, retourner à l’école me fait du bien, mais avec les nouvelles mesures, c’est différent. On a des zones à la récréation, on se met du Purell et ça m’irrite les mains. En plus, ça ne sent vraiment pas bon.


    Photo et citation de Hugo qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Hugo, 11 ans

    Moi je ne fais pas partie des gens qui ont peur de la covid-19. Oui ça m’attriste de ne pas pouvoir voir ma famille et mes amis, mais je n’ai pas peur d’avoir la covid. Mon grand-père m’appelle à tous les soirs pour que l’on discute de nos journées, parfois ma grand-mère nous appelle par Messenger. 

    Au début de la pandémie ça ne me dérangeait pas trop de faire l’école à la maison, mais je préfère aller à l’école parce que ça me fait une vie plus rythmée, mettons. Quand nous étions confinés chez nous 24 heures sur 24, on se tapait parfois une peu sur les nerfs à force d’être toujours à côté. On devait prévoir à quel endroit nous serions durant la journée. Je faisais dans ma chambre mes réunions zoom avec ma classe, pendant que ma mère était dans la salle à manger et mon père dans le bureau. 

    Cet été nous avions prévu aller en Italie, j’étais quand même triste de ne pas pouvoir y aller, mais tant qu’à ne pas y aller, nous avons acheté une piscine! Durant le confinement, j’ai fait beaucoup de vélo, j’ai exploré tout Longueuil à vélo, j’aime lire et jouer des jeux vidéo avec mes amis en ligne, puisqu’on ne pouvait pas se voir. 

    Les profs se sont adaptés à ce qu’on n’a pas trop appris l’année passée. En début de l’année, on a pris quelques semaines pour réviser ce qu’on était supposés avoir appris. J’ai trouvé les portes-ouvertes virtuelles de l’école secondaire mieux que les portes-ouvertes normales. Ils présentaient plus en détail les programmes. 

    Comme mes parents sont là (à la maison), le souper est préparé plus rapidement, et après on a plus de temps pour faire des jeux ensemble et pour parler. La pandémie a un peu amélioré mon autonomie, ça m’obligeait à m’organiser pour l’école à la maison, pour faire mes devoirs pendant que mes parents travaillaient et me connecter à la bonne heure pour les zooms avec la prof.


    Photo et citation de Dali qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Dali, 8 ans

    C’était dur parce que je ne pouvais plus voir mes amis. C’était plate. À un moment donné, j’ai rendu visite à mon amie pour lui donner un cadeau et il a fallu prendre une corde à sauter pour mesurer deux mètres, et après, quand les parents nous ont laissées être seules, on s’est donné un gros câlin.

    J’aime beaucoup ça, l’école. J’aime apprendre. J’aimais voir ma professeure, c’était ma meilleure professeure de toute mon année! Je ne pouvais plus la voir vraiment beaucoup. 

    J’adore les toutous. Avec mon amie Solange, on a décidé de s’échanger des toutous afin de pouvoir penser l’une à l’autre à distance. Pour éviter la contamination, on a mis les toutous en quarantaine dans des sacs Ziploc.


    Photo et citation de Richiline qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Richiline, 13 ans

    Je préfère quand on a les cours à l’école. À l’école, on est plus concentrés. Le matin, tu es fatigué. Tu vas t’asseoir devant ton ordinateur et tu bâilles, tu es fatiguée. À l’école, tu es obligée, par exemple de prendre une douche et l’eau, ça réveille. D’écouter le professeur qui te parle. Y’a du bruit partout, là tu es plus concentré qu’à la maison. 

    Quand tu es confinée, le temps libre équivaut à perdre son temps. Je trouve que c’est bien (de garder le masque en classe) parce qu’ainsi on va rester en santé, comme ça, le corona va finir plus vite et on va retrouver une vie normale. Avec mes amies, on ne va pas mentir, on enlève le masque même si on est à moins de 2 mètres et qu’on n’en a pas le droit. 

    J’ai appris (la pandémie) alors que j’étais dans l’autobus, on nous a dit qu’on n’aurait pas d’école demain, et ça a été l’un des pires moments de ma vie. Je n’aime pas avoir mes cours à la maison. C’est trop ennuyeux. Regarder quelqu’un à la caméra qui te donne ton cours… On n’est pas bien concentrés. Et si le réseau est instable, on peut perdre des moments importants du cours. 

    Je me sens mal pour les gens qui à cause du confinement sont en train de virer fous, sans vouloir leur manquer de respect. À cause de la covid, on nous a mis beaucoup de restrictions, les professeurs sont plus durs avec nous, certains sont très stressés, si on se présente sans masque ou qu’on le porte à moitié, on nous renvoie à la maison, ils prennent ça très au sérieux. J’en ai marre de voir chaque jour la covid passé à la télé, partout on parle du coronavirus, c’est un peu énervant. Là on recommence à parler des autres choses qui existent à part la covid.


    Photo et citation de Laurier qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Laurier, 9 ans

    Au début de la pandémie, j’étais surpris lorsque l’école a fermé. J’étais déçu et je m’ennuyais beaucoup. J’allais quelques fois jouer dehors, j’écoutais la télé et je « gossais » mes parents, puis je dessinais aussi. Je voulais faire un peu changement parce que je voyais toujours les mêmes personnes puis j’avais hâte de revoir mes amis. 

    Avec mes amis on s’appelait sur l’application Messenger kid et il y avait aussi des appels ZOOM. Avec la famille on utilisait aussi des applications et sinon on s’appelait avec le téléphone. 

    À l’école j’ai terminé l’année scolaire à la maison, ça s’est bien passé mais c’était difficile parce que le prof il ne pouvait pas vraiment nous aider, il ne voyait pas ce que nous avions écrit donc il fallait lui dire et des fois il ne nous entendait pas bien. Aussi il fallait quand même arriver à la bonne heure sinon on manquait quelque chose. Une fois maman dormait donc je n’ai pas pu assister à mon cours. 

    Ce qui a vraiment changé pendant la pandémie c’est qu’on a acheté un chien. Je m’ennuyais vraiment donc j’ai demandé à mes parents si on pouvait avoir un chien, ils ont hésité pendant plusieurs semaines. Avec un chien, je me sens bien, avant je me sentais seul car j’ai aucun frère, aucune sœur, là je suis content d’avoir un animal. Tout le monde s’en occupe, j’essaie de lui apprendre à faire le beau mais c’est difficile. 

    Ce que je voudrais dire aux adultes c’est leur dire merci, ils font de leur mieux pour nous protéger. Surtout pour protéger les gens malades et les personnes âgées. Aussi ils pourraient nous permettre de voir plus notre famille et les amis, accepter qu’on joue à deux mètres de distance par exemple. 


    Photo et citation de Hani et Hadi qui répondent à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Hani et Hadi, 12 ans

    Hadi : J’ai déjà attrapé la COVID il y a trois semaines. C’est correct, sauf qu’encore maintenant, je ne goûte rien et ne sens rien. J’ai n’ai pas vraiment eu peur. Mon grand frère et ma mère l’ont attrapé aussi. 

    Hani : On a tout réorganisé à la maison. Je dormais en haut avec une partie de la famille, et mon frère en bas. Nous n’utilisions pas la même salle de bain. Quand nous mangeons de bonnes choses, lui, il ne les goûte même pas.

    L’école fonctionne en classes-bulles. Il faut conserver deux mètres, même avec nos frères et sœurs. Ils nous chicanent tout le temps dès que l’on sort de notre zone.

    On aime beaucoup les activités physiques. Ce qui nous a le plus manqué pendant cette période c’est de pouvoir jouer au foot, au karaté et au judo. 

    Le confinement nous a permis de découvrir et d’utiliser de nouveaux outils technologiques, des applications, et ça c’est le fun. Une autre chose positive, c’est que maintenant les gens sont plus propres parce qu’ils se lavent les mains avec du savon après avoir mangé.  

    Comme nous sommes jumeaux, c’est plus facile pour nous. J’ai toujours mon ami près de moi.


    Photo et citation de Aya qui répond à la question Et toi, comment tu vis la pandémie?

    Aya, 12 ans 

    Je n’imaginais pas que l’école secondaire était comme ça. Ce sont les profs qui viennent nous visiter dans notre classe. Il faut tout le temps porter le masque en classe. Quand il fait chaud, le masque colle à ma peau et c’est désagréable. Ma prof d’anglais a un peu peur. Elle utilise un linge pour fermer la porte et à chaque fois qu’un élève s’approche d’elle, elle met un masque sur son visage. Nous, les étudiants, on est toujours collés ensemble.

    Je trouve ça cool que ma mère travaille à la maison, mais pour ne pas la déranger, cet été, je devais pratiquer dehors mon instrument de musique. Je me suis adaptée et maintenant, ça va.

    Je me suis fait de nouvelles amies, et j’ai perdu contact avec mes anciennes amies, sauf deux, dont ma voisine. Je suis contente d’être retournée à l’école, parce que j’étais tannée d’être à la maison, je n’en pouvais plus. Mes Zooms duraient vraiment longtemps : une heure et demie! Pendant ce temps, ma sœur attendait l’ordinateur.

    Je m’ennuie d’aller au restaurant et de visiter mes grands-parents. Puisqu’ils ne sont pas très habiles avec les technologies, on les appelle au téléphone chaque jour.

    La Journée mondiale de l'enfance

    Célébrée chaque année le 20 novembre, la Journée mondiale de l'enfance (JME) vise à promouvoir le respect et les droits des enfants. Pourquoi le 20 novembre? c'est le jour où a été adoptée la Déclaration des droits de l’enfant (en 1959) et a été signée la Convention relative aux droits de l’enfant (en 1989) par l'Assemblée de l'Organisation des nations unies (ONU).